Dave Saint Pierre ou Théâtre Contemporain : Vision d'un néophyte

Publié le par Yo.K

Difficile d'amener la critique d'une pièce de théâtre contemporain quand on n'y connait quasiment rien.

Recontextualisons
      En quête de deniers, je travaille le juillet, depuis quelques années maintenant, en tant qu'agent de location au Festival d'Avignon... En fait j'édite des billets, encore et toujours, jusqu'à épuisement et que mort s'en suive.
    

   A la différence du Off, le Festival d'Avignon, rebaptisé par défaut le "in", propose une série de spectacles qui correspondent à une certaine "ligne éditoriale" qui change chaque année...
D'un point de vue plus personnel, depuis les nouveaux directeurs, le Festival d'Avignon se classe dans la catégorie du théâtre contemporain, cherchant toujours plus à repousser ses limites.
Mélant la plupart du temps théâtre ou danse, on peut trouver des pièces plus "classiques", ou plus contemporaines : modernité de la scenographie, des thèmes, des jeux des acteurs...
Et on va trouver de l'accessible comme... du..."moins accessible"...



J'ai voulu me tester sur le "moins accessible".
J'ai entendu parler d'une pièce qu'on ma décrite comme : "Sensationnelle, vraiment : les hommes sont nus et se jettent dans le public, ils se frottent sur toi, puis la femme baise avec un gateau, vraiment géant".

Ok.

J'ai toujours eu du mal pour la provoc' gratuite, sans fond apparent, et sans une technique, sans un savoir-faire...
Il est vrai que l'art contemporain repose beaucoup plus sur l'idée, le concept, que sur un savoir-faire particulier. N'est-ce pas Débo Z. ?
      On ne peut critiquer qu'en connaissant, je prends ma place pour "Un peu de tendresse, Bordel de merde !" de Dave Saint-Pierre, le Samedi Soir 25 Juillet, et si il se frotte sur moi, ben je lui mord les couilles.


Le spectacle commence...

Des hommes nus avec des perruques blondes, et des femmes qui se battent et qui se frappent le corps en hurlant... et beaucoup de danse, et peu de musique...

Et, en fait, la première pièce de théâtre qui m'a touché à ce point...

Dave Saint Pierre, danseur contemporain montréalais et sa troupe de danseurs, ont su traduire les sentiments humains, de la quête de l'équilibre, à l'amour, en passant par la douleur et la haine, avec justesse. Et moi, j'adoooooooore la justesse.
J'ai trouvé ça drôle, j'ai trouvé ça émouvant et j'ai trouvé ça beau, esthétiquement et sentimentalement.
J'ai même trouvé le nu naturel.
J'avais le sentiment que l'histoire me concernait autant qu'à un autre.
En même temps, une grande part est laissée libre à la perception personelle du spectacteur, ce qui m'a souvent dérangé lorsqu'elle l'était trop. Mais une fois de plus, tout était juste.
Sans excès de zèle, malgrès mon ignorance de l'art contemporain, j'avais le sentiment qu'une oeuvre de qualité se déroulait sous mes yeux.

A la fin du spectacle, je me voyais pouvoir dépenser de l'argent plus tard, pour aller au théatre, en quête d'autres experiences esthétiques de ce genre, ce qui me parraissait invraissemblable plus jeune.
Parce que ce n'était pas mon domaine culturel ou que ça ne me parlait pas. Parce les transmissions culturelles de mes parents et de mes proches n'étaient pas axées sur ces domaines...
J'ai vraiment l'impression que cette pièce pouvait toucher n'importe qui, sans distinction de classes...
Peut-être un peu utopique, soit, mais ne voyez pas non plus en mon discours une ôde  à toutes les composantes de l'art contemporain, qui beaucoup me donnent encore de l'urtiquaire !
Mais cette pièce m'a débloqué quelque chose... Je n'sais pas trop quoi...
et je n'sais pas trop si j'ai su le traduire ici... mais j'vous en reparle dans quelques années. ha ha.

J'm'en vais éditer des billets.
J'vous tape la bise.


Publié dans posts d'hivers

Commenter cet article

Jennifer 25/08/2009 00:56

Yo! Non mais alors là... Navré mais il fallait de toute urgence que je te rédige un quelque chose. Ca me gêne un peu quand même, étant donné que ce n'est pas la juste place pour ce genre de commentaire. En effet, tu parles de cette fameuse pièce et moi je suis là, toute retournée et partagée entre te dire "ouais justement cette pièce" et "NON c't'incroyable tu t'rends pas compte quoi!". Alors je respire et je me lance! En fait, ce que je trouve "amazing", c'est que je sois retombée sur un de tes site-blog-commentaire, alors que la toile est si vaste. Oui parce qu'en faisant différentes recherches sur le net, à différents moments, de liens en liens, je me suis retrouvée sur des sites où tu as eu une attache. Je ne vais pas citer lesquelles puisque tu les connais! A croire que j'ai la même vision... décalée que toi, je me suis une fois de plus pris tes textes en pleine gueule. Mais plus sérieusement, ça me fait très plaisir en fait et c'est l'occasion pour moi de te dire que ce que j'ai pu voir de ton "équipe" m'a bien fait rire et réfléchir. Il y a de la subtilité et j'adooooore la subtilité . MTV baise.Quand à cette pièce, je l'ai découverte ce soir, à la télé dans "urban ballet". Magnifique. A  la fin, voir ce corps nu, glisser et rire, j'en étais jalouse. J'avais les larmes aux yeux, une sensation d'avoir perdu quelque chose, l'insouciance peut-être. Comme si j'avais à nouveau pris conscience de mes inhibitions et j'enviais ces corps en mouvement, libres, déliés. Bref! Ca tonne dehors! Vive l'orage et à bientôt l'ami.

voleuse de casquette 31/07/2009 09:40

hop hop hop, je me risque à envoyer un com mais n'ayant pas eu la chance d'assister à ce débalage d'organes et de sentiment, je ne peut que regretter amèrement ma non présence à cet événement qui a sans doute marquer le Festival "IN" 2009! s'il te reste la bible, il serait opportun de balancer les dates de tournée du spectacle. merci!!!

zbib 28/07/2009 16:37

ça me fait plaisir que tu écrives sur ce sujet! et je te souhaite encore bien bien bien d'autres belles pièces qui te prendront aux tripes, te feront rire, et te plairont ...biz